Pittoresque et spectaculaire

Parfois, il y a des endroits qui se méritent plus que d’autres… Parfois, ily a des endroits où l’on se sent attirés sans raison. Parfois, il y a des découvertes qui se font par hasard… Parfois, j’ai l’impression d’être perdu sur un chemin et pourtant je continue tant l’aventure est palpitante… Juste pour l’intensité du moment! Et souvent cela se passe en Irlande! Et ce fût le cas pour l’Uragh Stone Circle! Difficle à localiser, j’ai fais maintes fois demi-tour, emprunter des chemins menant à nulle part et pourtant je savais qu’il était là.

Cerain d’être sur la mauvaise voie, je continue tout de même dans cette direction. Et d’un coup, il surgit! Immense, paisible, là où seul le bruit d’une cascade à peine visible au loin se fait entendre. Au milieu d’une paysage vert et anthracite, au milieu de nul part. Le village le plus proche me semble être à au moins 10km en voiture.

Hors du temps

Cinq pierres sont dressées en cercle à côté de ce géant. Un petit assemblage comparé à d’autre sites mégalithiques de la côte ouest irlandaise, mais ici, la taille a aucune importance. On pourrait y passer la journée entière pour se ressourcer, se reposer et se reconnecter avec les Anciens et avec nous-même. Je crois même y avoir perdu la notion du temps. Impossible de me souvenir autre chose que « Wouaaaaah quel endroit! »

Peu d’informations à son sujet. Les archéologues déclarent, sans grande surprise à son sujet, qu’il s’agit de vestiges d’un site de pratiques cérémoniales et rituelles. Preuve que même dans un pays où la culture celte, les traditions païennes et la transmission orale est entretenue et subsiste, il reste difficile de percer certaines mystères.

Qu'est-ce que les Hommes ont bien pu venir faire ici?

L’Uragh Stone Circle est tout simplement à couper le souffle! Dans les guides touristiques, il est souvent jugé d’un certain manque d’intérêt, alors que le chemin pour s’y rendre à lui seul suffirait le déplacement. Imposant, la pierre principale doit bien mesurer dans les 3 mètres de haut, et les plus petites juste à côté laisse pensé que la dalle faîtière a été utilisée plus récemment pour un tout autre usage que celle dont elle était destinée il y a quelques millénaires. Quoi que. J’en sais rien. Le mental me joue des tours pour comprendre cet endroit.

Tellement surprenant, tellement vibrant, le manque d’intérêt décrit dans les guides en font un endroit encore « dans son jus » où les énergies subtiles et les mémoires du lieu sont encore pleinement perceptibles. Il suffit de fermer les yeux pour imaginer les cérémonies s’y étant déroulées depuis le néolithique. Inutile de prendre les baguettes pour ressentir. Tout est encore là. D’ailleurs, se serait presque du gâchis d’entreprendre une quelconque détection tant l’endroit appel au calme, au repos. Aucun mot suffit pour décrire le ressenti d’un tel monument préhistorique. Bien que facile d’accès, il y a même un parking à quelques centaines de mètres. Son éloignement de la « civilisation » l’a certainement préservé mais également rendu un peu moins « populaire », même au plus fort de la période celte. Les énergies présentes y sont très primitives, ancestrales, archaïques.

La péninsule de Béara

Située juste en dessous du fameux Ring of Kerry, elle est un peu plus sauvage que sa voisine, et en fait un endroit absolument merveilleux pour les randonnées autour de ses différents lacs. Et son grand avantage est d’herber encore d’autres sites mégalithiques tout autant « magiques ». Mais ça, vous le découvrirez dans les prochains articles du GéobioBlog! 😉

Le Néolithique en Irlande

 

Le néolithique en Irlande est une période décisive, la population y découvre l’agriculture au travers des échanges avec le Moyen-Orient, la poterie, érige des tombeaux mégalithiques et utilise des outils en pierres de plus en plus évolués. Ces évolutions leur permet d’exploser démographiquement.

L’agriculture naît dans ce pays vers 3500/3000 avant J.C. En effet, la révolution néolithique que représente l’agriculture a engendré un essor considérable le savoir se transmet à une poignée d’agriculteurs.

Les habitants y découvrent alors l’art de cultiver la terre, ainsi que l’élevage de moutons, de chèvres, et de bovins. Les terres irlandaises, désormais fertiles, sont alors travaillées : on y plante des céréales, tout en aménageant de véritables champs, protégés par des murets en pierre sèche…

Le plus bluffant est de se rendre compte que l’on retrouve des similitudes de ce mode de vie dans le Jura Vaudois, avec ses murets parcellaires ou ces pierres dressées aux même allures que ces mégalithes irlandais disposés dans nos forêts.
Astérix nous a quand-même bien influencé (à tord?) dans notre vision des sites sacrés celtes ou des Hauts-Lieux énergétiques.

Les derniers articles

L’ actualité du GéobioBlog

La Cascade de Pissevache

La Cascade de Pissevache

Populaire et pourtant si méconnue! Visible depuis l’autoroute reliant les cantons de Vaud et du Valais, elle porte un nom particulier. Cette cascade est très connue et pourtant… Avez-vous déjà pris le temps de vous y rendre?

Le réseau Hartmann

Le réseau Hartmann

Géobiologie – On dit souvent d’une lieu qu’il a une âme… découvrons ce qui le constitue énergétiquement – Le réseau Hartmann.

Ouvrir la discussion
Contactez-moi directement par Whatzapp!
Bonjour,
Quelle est votre question?
%d blogueurs aiment cette page :